Fashion Forward, L’expo

Hello les vacanciers!

J’imagine que ce n’est pas le cas de tout le monde, hein, j’en fais moi même partie! Alors pour patienter et profiter de la belle ville de Paris en été (très agréable avec moins de monde!) je suis allée au musée des Arts Décoratifs pour l’expo « Fashion Forward, 3 siècles de mode (1715-2016) ».

FASHION-FORWARD_3317679506902801304

un peu floue, prise sur internet!

Déjà, je n’avais jamais mis les pieds aux Arts Déco. De l’extérieur, le bâtiment est très moche, il faut le dire. A l’intérieur c’est autre chose! Avec de grands escaliers en pierre superbe, et des pièces assez impressionnantes!

Bref, parlons plutôt de l’expo. J’ai entendu des avis mitigés sur la visite. Je reconnais que j’ai été un peu déçue.. Mais parlons du positif d’abord!

On commence par de petites salles regroupant les styles des différentes décennies depuis 1715. Cela commence par les robes en S avec corset, les différents vêtements masculins et d’enfants aussi (et ça c’est un vrai plus!).

193978-fashion-forward-l-exposition-aux-arts-decoratifs-28

mouai j’ai pas pris assez de photos alors je les ai prises sur internet, d’où le logo dégueu en bas à droite.

Avec de superbes broderies, des coutures parfaites et régulières (à cette époque tout est cousu à la main, de quoi faire pâlir les couturières modernes!).

IMG_0382

193939-fashion-forward-l-exposition-aux-arts-decoratifs-15

récidive

Puis on passe aux robes à taille empire (mes préférées) agrémentées aussi des accessoires de l’époque, des chaussures, éventails, bas de soie… Très très bien conservés, c’est chouette de se dire que ce sont des habits qui ont été portés il y a des centaines d’années (car, oui, on voit que ça a été porté, certain mangeaient comme des cochons d’ailleurs). Et des corsets.

IMG_1705-e1460236627274

La séance de sport rien que pour se déplacer! (photo histoire de mode)

IMG_0399

Les fameuses robes à pli Delphos de Mariano Fortuny (photo perso, au moins une!)

Au début des années 1900/1920, Poiret va libérer la femme du corset, c’est une révolution, et c’est le début d’une mode différente, notamment avec des coupes à la Grecque comme ci dessus.

Puis on enchaine avec Schiaparelli, Vionnet, Lanvin, Chanel et j’en passe! Tout ce que j’avais révisé pour le CAP est sous mes yeux, génial! Malheureusement, j’ai très peu de photo des premières pièces pensant que les photos n’étaient pas autorisées… 😦

La dernière pièce est très impressionnantes par sa taille et le nombre de vêtements exposés. Mais, là est le hic, c’est toute la mode de la fin du XXème siècle et du XXIème siècle qui est présentée. C’est ce point qui est dommage, car on ne sait plus où donner de la tête et même s’il y a quelques explications, ce n’est pas aussi détaillé que pour les autres salles plus petites. Je vous laisse découvrir ce qu’on y voit, il y a de tout!!

IMG_0384

IMG_0385

IMG_0389

IMG_0392

Certaines tenues sont étonnantes, et j’ai découvert des marques très originales comme « Comme des garçons » qui fait plutôt des choses… barrées.

On y retrouve bien sûr aussi les incontournables Gaultier, Dior, Saint Laurent, Balenciaga. Et les créateurs japonais comme Yamamoto ou Miyake.

En Bref, une expo très intéressante mais un peu courte à mon goût et un poil pas assez détaillée dans la dernière salle.. Et le prix, comme tous les musées parisiens, la culture coûte chère et c’est bien dommage!

Mais bon, si vous êtes passionné(e)s d’histoire de la mode et de superbes pièces de différentes époques qui ont construit notre mode d’aujourd’hui (désolé on a rien inventé, tout est un éternel recommencement!) alors courez-y, la fin est pour bientôt!! Le 14 août je crois..

Sur ça, bisous et à très vite!

Publicités

T’es CAP?

Salut!

Me voilà de retour (enfin!) avec pleins pleins d’idées pour les prochains mois concernant le blog mais… ça ce sera pour plus tard!

Aujourd’hui cet article est dédié au CAP métiers de la mode, vêtement flou que j’ai passé en candidat libre la semaine dernière! Toutes les épreuves sont terminées, je peux donc vous faire ZE résumé. (attention article fleuve, vous êtes prévenus)

Il faut savoir qu’il y a trois grandes épreuves PSE (prévention santé environnement), EP1 et EP2. Cette année, ces épreuves étaient sur 4 jours mais étalés sur 2 semaines, pas le plus easy quand on travaille. Surtout qu’on ne connais les dates qu’un mois avant et si, comme moi, tu as un boulot avec gros travail d’équipe ça complique sérieusement les choses. Passons.

PSE

La 1ère épreuve, écrite, dure une heure et est largement à la portée de toutes (et tous!). Beaucoup de logique car n’oublions pas que cela s’adresse à des ados de 16ans prêts à entrer sur le marché du travail. J’ai lu et entendu qu’il est possible de réviser avec des bouquins qui traitent du sujet (code du travail, prévention et santé au travail, gestion de budget…). Pour ma part j’ai seulement révisé avec les annales des autres années histoire de savoir de quoi on parle 🙂 et un super groupe sur thread and needles est dédié au cap, ça aide!

Dans les sujets, la plupart du temps la réponse est dans la situation présentée. Pour cette épreuve, une heure est suffisante, à condition de ne pas trop s’attarder sur chaque question si la réponse ne vient pas. Et parfois, les questions sont tellement logiques, que j’avais tendance à chercher le piège ou la difficulté alors que non, décidément pas de piège!

EP1: Arts Appliqués

IMG_0311

Deuxième épreuve, écrite aussi , et cette fois sur 3h. Alors j’ai eu quelques suées et je ne suis pas très satisfaite de ce que j’ai rendu!

Le sujet présente le cahier des charges du modèle que l’on aura à coudre à l’épreuve pratique (EP2). Pour nous découverte de la robe Saint Trop! Chaque année cela se passe comme ça, les candidats découvrent à l’EP1 ce qu’ils auront à monter à l’EP2, c’est une quasi certitude!

IMG_0310

Notre fameuse robe paraît sans trop de difficulté à première vue: Manches raglans (pas d’emmanchure yeah!) en 2 parties, pli creux à l’encolure et fente en haut du dos, poches plaquées doublées avec pli de « souplesse » (découverte de ce terme, un pli quoi) MAIS MAIS MAIS, plis religieuses au bas de la robe. My gad je n’en ai jamais fait. Ahem, premier coup de chaud (heureusement on avait quelques jours pour se préparer psychologiquement!!).

Cette épreuve, est plus technique. Il est conseillé de bien connaître les matières et leur propriété (même si cette année, pas de question la dessus). Vous pouvez retrouver un magnifique tableau créé par mes soins dans cet article ou sinon le bouquin Technologie des textiles de D. Weidmann.

Première question, il a fallu choisir entre 4 types de tissu, celui qui serait le plus approprié pour notre modèle (robe de cérémonie). Celui à sélectionner était du crêpe de polyester (2ème suée, ce sera donc notre matière à coudre, ci-mer le tissu mou et glissant!) et il fallait justifier notre choix.

Puis classement de robes de différentes époques dans l’ordre chronologique, nommer les plis pour chaque modèles, dessiner 2 robes avec différents plis sur 2 mannequins (oui oui comme dans les bouquins « devenir styliste » pour enfant de 10ans. Ben j’ai regrettée de ne pas m’être entrainée plus!!) Pour tout cela, je vous conseille un autre livre, sur l’histoire de la mode, c’est un peu comme de la culture générale version couture et c’est passionnant de voir les liens parfois, souvent même, entre l’Histoire politique et du monde et l’Histoire de la mode: Fashion, Une histoire de la mode du XXème siècle de The Kyoto Costume Institute.

Et enfin la partie qui m’a semblé vraiment difficile, le patronnage d’une partie du vêtement, pour cette année patronnage des plis religieuses (suée numéro 3 les gars, à ce niveau je suis trempée!!). Il fallait partir du bas de la robe, la découper et suivre le pas à pas qui expliquait comment dessiner les 3 plis, tout ça sur du papier de soie. Mais avec le stress et le temps qui avait décidé de de passer plus vite, je déchirais tout, ça collait aux doigts (sueur sueur!)… Et puis, le devant de la robe était courbe, impossible de faire des plis droits.. On a su après que c’était une erreur de patron. Ouf! ce sera pris en compte dans la notation. 🙂

Pour cette partie, les cours de la mairie de Paris m’ont bien aidé quand même, surtout celui coupe à plat/gradation, merci Marlyse!

Voilà pour les épreuves écrites, et pour vous éviter l’indigestion de CAP, un autre article dédier cette fois ci à l’épreuve pratique EP2 viendra la semaine prochaine!!

La Bise à vous et à très vite!

Jeanne…

Ami(e)s de la couture bonsoir!

Pour lever le voile sur l’énigmatique titre de cet article, je voudrais vous parler d’une expo faite cet été. Vous l’aurez deviné il s’agit de celle consacrée à Jeanne Lanvin, fondatrice de la maison de couture Lanvin.

affiche expo lanvin

Les photos n’étant pas autorisées durant la visite, j’ai glanée des photos grâce à notre copain Google. Pardon pour la qualité médiocre.

Pour être honnête, avant cette exposition, je connaissais très peu les créations de cette maison, la plus vieille encore en activité en France!!

lanvin_galliera_6370_0

On entre dans un monde pailleté avec beaucoup de perles brodées, de fils dorés, argentés ou cuivrés. Les matières utilisées sont belles et nobles comme le taffetas, l’organza, la crêpe de soie ou encore le satin.

lanvins robes noires et bleues

On y apprenais la vie de la créatrice de cette maison, Jeanne. Elle est entrée par la petite porte dans le monde de la haute couture. D’abord chez une modiste, le « petit omnibus » (surnom dû à sa rapidité) a gravi tranquillement les échelons jusqu’à ouvrir sa propre boutique, rue du faubourg saint honoré, en 1885 (rien que ça).

Elle y a imposé son style, influencé par des thèmes récurrents : sa fille (sa muse, celle pour qui elle créa Arpège, le parfum de la maison), mais aussi la religion, la mode passée ou encore la Russie.

lanvin influence russe

Durant l’expo, on pouvait voir qu’elle n’oublia pas ses débuts en associant à la haute couture, la haute mode (les chapeauuuuuux!! <3).

les-chapeaux-de-jeanne-lanvin-sont-a-decouvrir

Ses marques de fabrique sont sa couleur fétiche, couleur de la maison, le bleu.

robe la diva bleue

Le matelassages et les nombreuses surpiqûres sur le vêtement (canon).

lanvin matelassage:lampion

Les perles brodées, notamment sur des petits boléros (je vais arrêter de faire des coeurs mais VRAIMENT je suis fan).

lanvin boléro

bustier boléro

Les robes années 20, ceintures taille basse, petits cols, manches bouffantes…

lanvin robes du soir noires

lanvin robe rayée modernité

LANVIN_GALLIERA_6361

c’est compliqué d’avoir des photos nets avec plus de détails, dommage. Je suis ultra fan de la robe de gauche, on ne voit pas bien mais pleins de petits « pompons » en feutre sont brodés sur les épaules!!

BREF cette expo était une très chouette découverte, pour moi inculte de la haute couture (pardon Jeanne). Et j’espère que ça vous donnera envie d’approfondir su cette super nana, qui, pour l’époque, a créé quelques modèles étonnamment modernes!

lanvin_galliera_6458_0

Sur ce je vous embrasse et à très bientôt!

Je vous emmène chez Jean Paul!

Hello les chamalloooows! (pourquoi pas?)

Aujourd’hui on parle (toujours) couture mais là, celle de la haute! Il y a quelques semaines, je suis allée voir notre ami J.P. Gaultier qui s’était invité au Grand Palais. Quel régal!

Du coup, l’expo est fini depuis quelques jours et c’était tellement inspirant que j’ai voulu en faire un article pour celles et ceux qui n’ont pas pu y aller! D’avance, excusez pour les photos pas top mais le combo i-phone, obscurité et monde ne m’a pas aidé!!

L’expo était construite sur les différentes périodes et inspirations du créateur, pas vraiment de façon chronologique (et c’est pas mal comme ça). Au départ, on y apprend que Gaultier a puisé ses premières inspirations enfant dans le cinéma (Falbalas de Becker) et dans les émissions et spectacles de variété (folies bergères…). Il teste même ce qui est l’embryon des seins coniques sur un de ses ours en peluche!

photo du grand palais

Toute son enfance et son adolescence, il dessinera des collections, en auto-didact (tout simplement). A 18 ans, à force d’envoyer ses croquis (tenace!) il entre chez Pierre Cardin comme assistant. Voilà pour l’intro!

Entrons dans le vif su sujet maintenant, la première salle, l’Odysée, est dédiée au rapport de J.P.G. à la mer. Les sirènes, le marin (symbole de virilité, figures récurrentes dans ses collections) mais aussi les Madones, figures religieuses détournées.

IMG_1081  IMG_1089  IMG_1090

On y retrouve, bien sûr, la fameuse marinière, sous toute ses formes!

IMG_1080   IMG_1078 IMG_1079

Décolletés plongeant dans le dos, marinière à plume ou sur un pantalon à pont (coeur avec les doigts)!

Je vous avais prévenu il y du MONDE.

Petit clin d’oeil aussi de J.P. puisqu’il s’adresse à nous grâce à un système (utilisé durant toute l’expo) de projection de vidéo de visages sur les mannequins!

La deuxième salle, Punk Cancan. J’ai adoré cette salle, il y a un véritable défilé au centre! Des mannequins s’y déplacent de façon automatique et une voix off présente la collection : des tenues inspirées de Paris (tour Eiffel, Pigalle) et des titis. Des silhouettes de l’après guerre avec béret et trench coat (version Gaultier bien sûr).

IMG_1103IMG_1099   IMG_1101

Sur la gauche, des tenues dessinées pour des personnalité très différentes y sont exposée. D’Ines de la Fressange à Conchita Wurth et passant par Amy Winehouse.

IMG_1092  IMG_1093  IMG_1096

En face, on change de style et c’est l’influence du mouvement punk londonien qui est mis à l’honneur (une artiste a spécialement conçu des perruques pour cette expo) avec des couleurs criardes, du tartan, de la dentelle,du jean revisité!

IMG_1110  IMG_1106  IMG_1112

Après toutes ces couleurs, nous passons à la salle concernant ses muses. Des beautés non classiques, mannequins transgenres mais aussi actrices, Rossy de Palma, chanteuses/teurs, Beth Dito (Gossip), Boy Georges et bien sûr Madonna!

IMG_1118IMG_1116

En arrivant au salon, c’est un autre fil rouge de ses collections qui nous attend… Le corset! « Garde robe de la femme moderne symbolisant le pouvoir et la sensualité » (livret de présentation de l’expo). Pour J.P.G., le corset se veut l’équivalent du veston masculin.

IMG_1123  IMG_1124  IMG_1126

Je n’arrive pas à insérer une vidéo où l’on voit des corsets magnifiques tourner sur eux même pour notre plus grand ravissement! Magique d’approcher de si près à des vêtements aussi mythiques!

Dans la partie à fleur de peau, on peut observer le recherche de Gaultier autour du corps et des matières mais aussi de la sexualité. Il utilise alors le latex, le cuir pour des tenues classées X (bondage, sadomasochisme,…)

IMG_1127

Il modifie également les matières, à la recherche d’une seconde peau avec des travaux parfois très fins (tissages à la main impressionnants!)

IMG_1131  IMG_1130  IMG_1129

Il y revendique le droit à la haute couture pour homme avec une vidéo interactive entre un visage projeté sur un mannequin et un écran de télé.

IMG_1115  IMG_1128

Enfin, deux salles, Métropolis et Jungle Urbaine, montrant l’influence de la ville sur le créateur et également ses partenariats avec des réalisateurs ou autres personnalités du spectacle (Besson, Almodovar, Béjart…). Là aussi des matières revisités, du vinyle, des paillettes, des plumes… Tout y passe, dans des tenues inspirées de costumes traditionnels du monde entier. Boléro, torero et jupe flamenco, veste de Mongolie, robe de Geisha…

IMG_1136  IMG_1133  IMG_1137 IMG_1138

on ne voit pas bien, mais cette robe est entièrement faites de perle!!

On ne peut pas repartir sans les robes de mariées, clou final d’un défilé!

IMG_1143  IMG_1142  IMG_1141

Qui n’a jamais rêvé de se marier les seins nus ou la mode Grèce Antique??

L’expo se termine ainsi et ma micro visite avec. J’espère cela vous aura donné un petit aperçu de cette superbe expo. Personnellement, j’ai adoré et je reste émerveillée par le génie créatif de J.P.!

La bise, je m’en vais jouer à la pétanque en marinière!